Internet : une aide de 300 euros pour les Français n’ayant pas accès au haut débit sans fil

Internet : une aide de 300 euros pour les Français n’ayant pas accès au haut débit sans fil

Le gouvernement a décidé de revaloriser l’aide aux ménages et aux entreprises non couverts par les réseaux filaires de passer au haut débit sans fil . Elle va passer à 300 euros.

C’est un petit coup de pouce qui pourrait en aide beaucoup. L’aide de l’État aux particuliers ne disposant pas d’une connexion internet suffisante, notamment en zones rurales, va passer de 150 à 300 euros, afin de permettre un meilleur accès au haut débit sans fil, a annoncé samedi 5 février le Premier ministre Jean Castex. Le dispositif « cohésion numérique des territoires », lancé en 2018, permettait aux ménages et aux entreprises non couverts par les réseaux filaires de passer au haut débit sans fil, grâce à une aide sur le coût d’équipement, d’installation ou de mise en service allant jusqu’à 150 euros.

« Le constat est que ce montant n’est pas suffisant pour permettre aux personnes de s’équiper. On a donc décidé de passer à 300 euros, voire 600 euros », selon des critères de ressources, a affirmé Jean Castex lors d’un déplacement en Ariège aux côtés du secrétaire d’État au Numérique Cédric O. Ce dispositif entrera en vigueur au mois d’avril, a indiqué le Premier ministre, au terme d’une visite sur un chantier de déploiement de la fibre, à Moulin-Neuf, au nord-est de Foix.

Inégalités

Il fait partie du plan « France Très Haut Débit » qui a pour ambition de couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit (supérieur à 30 Mbits/s) d’ici la fin de 2022. L’association UFC-Que Choisir pointait dans une étude publiée fin janvier que malgré le réseau mobile 4G, 32% des consommateurs en zones rurales sont privés de « bon haut débit », à savoir une connexion internet ayant un débit supérieur à 8 Mbits/s.

Plus tard dans la matinée, Jean Castex a signé un protocole d’aménagement de la RN20 avec la région Occitanie et le département de l’Ariège, réaffirmant la volonté de l’État de s’engager dans le financement du contournement routier de Tarascon-sur-Ariège. « Dans la continuité du protocole d’itinéraire sur la RN20 en Ariège signé le 22 mars 2017, ce nouveau protocole acte les financements nécessaires à la réalisation de plusieurs aménagements, dont la déviation de Tarascon-sur-Ariège par le tunnel de Quié », selon un communiqué.

Car entretemps le coût de l’ouvrage est passé de 120 à 194 millions d’euros, notamment à cause des choix techniques pour la réalisation du tunnel. Il sera financé à 60% par l’État, 20% par la région Occitanie et 20% par le département de l’Ariège. Cet axe de la RN20, au départ de Pamiers, est « particulièrement stratégique » puisqu’il permet notamment l’accès à Andorre, dont le chef du gouvernement Xavier Espot Zamora était présent samedi à Tarascon-sur-Ariège. Les travaux devront débuter « fin 2024, début 2025 », selon le Premier ministre.

(Source : capital.fr – Image : fr.freepik.com/photos/fond photo créé par rawpixel.com)

Lire l’article suivant …

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.