Nuisances sonores: quels sont les travaux à privilégier?

Nuisances sonores: quels sont les travaux à privilégier?

CONSEILS- Comment aménager votre logement pour mieux vous protéger contre les nuisances sonores extérieures comme intérieures.

Nombreux sont les occupants qui subissent des nuisances sonores, qu’elles soient issues des transports routiers ou aériens, ou encore du voisinage. Parfois, les nuisances peuvent même provenir des bruits générés dans votre propre logement (enfants en bas âge, atelier, studio, garage). Heureusement, il est possible de se protéger en réalisant certains travaux d’aménagement pour renforcer la performance acoustique du bien.

La priorité: accroître l’isolation phonique des cloisons

Pour vous mettre à l’abri des nuisances sonores venues de la rue ou de vos voisins, la solution la plus efficace et la plus courante est d’accroître l’épaisseur des murs porteurs ou de séparation de votre maison ou appartement, en faisant poser des contre-cloisons. Cela peut aussi être une option intéressante, en cas de nuisances intérieures, pour isoler une pièce en particulier dans le logement: celle générant le plus de bruit.

Ce type de cloison isolante est généralement composée de laine minérale ou d’une mousse spéciale, capable de renforcer l’isolation acoustique du bien. Une ossature en métal ou bois permet de la soutenir, et l’ensemble peut être recouvert d’une plaque de plâtre. Avec ces matériaux très accessibles, le budget nécessaire reste raisonnable, avec un prix compris entre 50 euros et 100 euros par m² si vous recourez à une main-d’œuvre professionnelle.

En même temps que les murs, il convient aussi de remplacer les vitrages si ce n’est pas déjà fait dans votre logement, pour une protection optimale. Isoler les parois mais pas les fenêtres serait une pure perte d’argent. Le double ou triple vitrage est ici conseillé.

Pourquoi ne pas isoler aussi votre toit et les sols du logement?

Pour les personnes vivant dans une résidence individuelle, il est également possible de réduire les nuisances sonores en isolant le toit de la maison, ce qui coûte entre 100 euros et 250 euros approximativement, en fonction des matériaux sélectionnés. C’est recommandé en particulier dans le cas de troubles auditifs issus du trafic aérien.

Le diagnostic immobilier « bruit » est désormais obligatoire dans les zones situées dans un Plan d’exposition au bruit (PEB) des aérodromes pour prévenir les acquéreurs potentiels des nuisances sonores sur place. Réaliser ce type de travaux a donc aussi l’avantage d’améliorer les résultats du diagnostic, ce qui peut avoir un impact positif sur le prix de vente.

Attention cependant: si vous isolez la toiture en plus des murs et fenêtres, certes vous serez remarquablement bien protégé des bruits extérieurs, mais cela aura l’inconvénient de rendre les bruits issus de votre propre logement plus assourdissants. En effet, une isolation complète des séparations entre l’intérieur et l’extérieur empêchera les sons internes de s’échapper. C’est un élément à prendre en considération lors du choix.

Une autre option à laquelle les particuliers pensent moins souvent est l’isolation des sols, qui s’avère très efficace dans les immeubles d’appartements pour atténuer les troubles de voisinage. L’installation d’une moquette ou d’un bon linoléum peut réduire le niveau de pollution sonore de 10, 20, voire 30 décibels, pour un prix très abordable.

(Par la rédaction de l’agence hREF)

(Source : challenges.fr – Image : fr.freepik.com/photos/musique photo créé par wayhomestudio)

Lire l’article suivant …

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *