Crédit Immobilier : Le grand retour des taux variables

Crédit Immobilier : Le grand retour des taux variables

Presque absents de la production de crédits il y a encore quelques mois, les crédits immobiliers à taux variable semblent à nouveau à l’ordre du jour dans certaines banques. En période de taux hauts, ils offrent l’avantage de permettre de contourner les limites imposées par le seuil de l’usure. Explications.

Taux fixe vs taux variable : quelles différences ?

Aujourd’hui, la grande majorité des crédits immobiliers accordés sont dit à taux fixe. Cela signifie que le taux annoncé à la signature du prêt reste le même durant toute la durée du remboursement, qu’il s’agisse d’un crédit immobilier sur 10 ans ou sur 25 ans, cela même si le marché évolue et que les taux baissent ou augmentent. Offrant ainsi une certaine sécurité aux emprunteurs qui peuvent alors être prévoyants. Au moment de la recherche d’un financement, le taux fixe permet, en outre, de mieux comparer les différents TAEG proposés pour faire le meilleur choix.

En 2005, les taux variables représentaient quant à eux encore 20 % de la production de crédits et jusqu’à 6 % en 2010. Comme son nom l’indique, le taux variable, ou taux révisable, évolue durant toute la durée de vie du crédit. Cette évolution suit les variations à la hausse ou à la baisse de l’indice de référence choisi au moment de la signature du crédit. Le plus souvent, on parle de l’indice Euribor. Outre l’indice, la fréquence des révisions est également décidée au moment de la souscription.

À SAVOIR

Il existe un autre taux variable appelé taux capé. Celui-ci est plafonné à la hausse et/ou à la baisse pour éviter des fluctuations trop importantes. On parle généralement de taux capés +1 ou +2. Un prêt variable à 3 % capé +2 pourra donc varier entre 1 % et 5 %. 

Taux variables : un avantage en cas de hausse des taux

Selon certains spécialistes et notamment des courtiers, des banques (pour le moment en particulier des caisses régionales), proposent de nouveau des crédits immobiliers à taux variable. D’autres y réfléchissent.

Il faut dire qu’en période de taux élevés ou à la hausse, les crédits à taux variable peuvent permettre à certains emprunteurs d’accéder à un financement grâce à un taux généralement inférieur aux taux fixes. Cela permet en outre de contourner les limites imposées par le taux d’usure. Pour rappel, celui-ci est actuellement fixé à 2,50 % pour les crédits immobiliers à taux fixe sur 20 ans et plus, les plus courants. Un chiffre rapidement atteint puisque le calcul intègre le taux nominal ainsi que l’assurance emprunteur et les frais de dossier, rappelle Meilleurtaux. En outre, les taux sont très évolutifs actuellement : 1,58 % sur 20 ans en juillet contre 1,42 % en juin et 1,75 % sur 25 ans en juillet contre 1,57 % le mois précédent.

Pour la première année, un crédit immobilier à taux variable se négocie actuellement à 1,20 ou 1,30 % avec une variation qui peut aller jusqu’à 2,2 %. Il doit donc être perçu comme une porte d’entrée pour accéder à un financement dans le cadre d’un projet immobilier. Il ne faut toutefois pas perdre de vue les risques d’un tel crédit et veiller à bien s’informer au moment de la souscription.

(Source : le-pret-immobilier.com « Crédit Immobilier : Le grand retour des taux variables » – Image : freepik.com)

Lire l’article suivant …

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.